Un virus, c’est quoi?

Bien entendu on ne parle  pas ici d’un virus informatique. Un virus est une petite, vraiment petite entité biologique, composée d’éléments très simples, dont le but unique et permanent est de continuer à exister.  Étrange, non? ….On pourrait s’attendre à la définition suivante: agent infectieux provoquant des maladies parfois difficiles à soigner. Ce serait correct, mais cette définition ne rendrait compte que des effets collatéraux et, en définitive assez rares des virus, car ces derniers vivent leur vie le plus souvent sans se faire remarquer des observateurs ou des hôtes infectés. Il vaut mieux donc s’en tenir à la définition de: « vraiment petite entité biologique ».

Commençons par la taille. Le virus n’est pas visible au microscope optique, même le plus puissant qui soit, qui peut pourtant donner une image agrandie (1000 à 3000 fois) de bactéries ou de levures. Il faut faire appel au microscope électronique  qui peut agrandir une centaine de milliers de fois. Une application sur le web permet de se faire une idée de la taille des virus en comparaison avec des objets visibles à l’œil nu (grain de riz de l’ordre de quelques millimètres), visibles au microscope optique (cellule animale de l’ordre du dixième de millimètre,  bactérie de l’ordre du millième de millimètre, micromètre), et finalement du virus visible au microscope électronique (de l’ordre du millionième de millimètre, nanomètre).

Poursuivons par la composition. Cette petite entité ( la particule virale) est constituée obligatoirement du génome entouré d’une coque de protection. Le tout généralement, mais pas exclusivement, compris dans un volume sphérique. Plusieurs précisions doivent être données à ce point:

Le génome des virus peut, comme celui de tous les organismes vivants être composé d’ADN (cf. page Le Génome), mais, et ceci est une spécialité des virus, il peut également être constitué d’ARN, cet intermédiaire de décodage entre l’ADN et la protéine. Qu’il soit fait d’ADN ou d’ARN, le génome des virus est très petit. Si le génome humain est long de plusieurs milliards de bases, celui des virus n’excède pas, pour les plus longs, quelques centaines de milliers de bases. Le plus souvent, pour les virus animaux, donc les humains, la taille moyenne est de 10’000 à 20’000 bases, contenant l’information pour produire une dizaine de protéines virales.

La coque de protection est composée de protéines (cf. page La Protéine) qui peuvent fournir une protection rapprochée en étant en contact étroit avec l’ADN ou l’ARN viral, ou alors englober le génome dans le centre d’une sphère (il faut penser ici à un ballon de football au centre duquel se trouverait enfoui le génome). Pour certaines catégories de virus, le génome, ou encore le génome plus sa coque de protéines, est entourée d’une bi-couche lipidique (cf. page La Membrane). On parle de virus enveloppé. Dans ce cas, des protéines ancrées dans l’enveloppe forment des protubérances (spicules) qui interviennent de différentes manières dans le cycle de vie du virus (cf.  Un virus, ça se multiplie comment? ).Virus_enveloppe

La figure présente le schéma d’une particule d’un virus enveloppé.  On distingue dans l’espace central le génome, entouré par une première couche de protéines (en vert), elle-même bordée par un couche bi-lipidique (l’enveloppe) sur laquelle sont ancrées de protéines tournées vers l’extérieur.

Pour terminer cette présentation de la composition des virus, les protéines virales qui se trouvent dans la particule virale sont dites de structure.

La particule virale est la forme sous laquelle le virus circule dans le milieu extra-cellulaire, celle qui permet au virus d’être transmis d’une cellule à l’autre ou d’un organisme hôte à l’autre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*